Éthique

                       Ah, l’éthique!..

Tout d’abord ce qui nous réuni, ce sont des valeurs telles que partage, entraide, hospitalité, soutien, rigolade, etc. Nous souhaitons surtout contribuer à rendre demain désirable, à notre échelle et selon nos moyens. vivre, laisser vivre, aider à vivre quand c’est possible.
Pour cela nous avons fait des choix qui nous paraissaient, et nous paraissent encore répondre le mieux possible à un besoin dans une situation donnée.

Le statut coopératif: Parce que chaque associé a le même pouvoir de décision, parce qu’il n’y a pas de plus-value sur le capital. Concrètement ça veut dire que le départ d’un associé ne met pas en danger la vie de la coopérative, puisqu’il ne récupère que sa mise de départ, contrairement à une société capitalistique où ses parts sociales auraient « fructifié » entre temps.
Les partenaires financiers:
la Nef est la seule banque éthique française   au sens où l’entend la fédération des banques éthiques européennes: une vraie vie coopérative interne, ne finance que des projets écologiques, sociaux ou culturels, publie chaque année l’intégralité de ses comptes, et de chouettes rapports humains en tant que client.
– Les CIGALES de brocéliande: c’est surtout parce qu’ils on cru en nous, merci à tous ces voisins de nous avoir soutenus, et de nous soutenir encore.
Le bois: chacun s’approvisionne où il le souhaite, cependant nous favorisons le bois local. Soit en scierie, soit directement en forêt. Acheter des grumes, les faire scier, les faire sécher, les stocker, etc complique grandement la tâche mais quel plaisir de travailler un bois dont on connaît l’histoire et qui n’a pas contribué à la destruction actuelle de nos forêts. Nous sommes en lien avec le réseau des alternatives forestières, avec le réseau Koad an Armorig, avec l’association l’arbre indispensable pour ne citer qu’eux. Leurs sites respectifs expliquent beaucoup mieux que nous ne saurions le faire pourquoi il est aujourd’hui important de reconstruire des filières bois locales et responsables.
L’électricité: Enercoop, Fournisseur coopératif d’électricité renouvelable: parce que sans électricité exercer notre métier serait difficile mais que ce n’est pas une raison pour financer des centrales nucléaires. On a tenté d’équiper notre toit de panneaux solaires grâce à un financement citoyen, autant pour produire ce que nous consommons que pour susciter une réflexion locale autour de l’énergie mais pour l’instant … la réflexion n’a pas abouti.
L’eau: L’atelier est uniquement alimenté en eau de pluie et nous utilisons des toilettes sèches parce que toutes ces installations de pompage, tous ces kilomètres de tuyaux dans les campagnes, toutes ces autos qui tournent toute l’année pour traquer les fuites… tout ça pour qu’à l’arrivée on fasse caca dans l’eau et qu’on tire la chasse! Ben…non merci. d’où la fête des chiottes.

L’ancrage dans la vie locale: Participer à la vie culturelle et politique locale: on a beau se retenir c’est plus fort que nous. La coopérative et ses membres soutiennent de près ou de loin de nombreuses initiatives plus ou moins ludiques mais toutes très sérieuses: la Maison d’Ernestine (bar associatif dans le bourg), Ess’entiel Ploërmel (pôle de l’économie sociale et solidaire), le marché du 1er mai (gros marché artisanal), Arrête ton cirque (festival de cirque), croq and mob (festival de dessins et de mobylettes), Sylv’and co (association autour de la gestion forestière), certains se souviennent même de la course de pédalos (à Paimpont), de la fête des chiottes (pour vider le silo d’aspiration) ou d’autres fêtes à l’atelier…